Traitement Du Cancer Du Poumon À Petites Cellules

Copy-of-About-me-FR.png


La chimiothérapie est le principal traitement pour le cancer du poumon à petites cellules de stade limité et de stade étendu. Comme le cancer du poumon à petites cellules se développe rapidement et est généralement diagnostiqué lors des stades tardifs, alors qu’il s’est déjà propagé, les traitements systémiques comme la chimiothérapie sont plus efficaces que les traitements locaux comme la radiothérapie et la chirurgie. Le traitement d’un cancer du poumon à petites cellules de stade limité commence généralement par la chimioradiothérapie, suivie d’une une association de chimiothérapie et de radiothérapie. Si la tumeur pulmonaire réagit bien à ce traitement, votre médecin pourrait recommander une radiothérapie préventive au cerveau. La chirurgie fait rarement partie du plan de traitement, et elle est toujours utilisée en association avec d’autres traitements. Au stade étendu, la chimiothérapie est administrée en premier lieu. À l’heure actuelle, il n’existe pas de traitements ciblés ou d’immunothérapie efficaces contre le cancer du poumon à petites cellules, mais il s’agit de domaines de recherche active dans le cadre d’essais cliniques.


Chimiothérapie

En général, deux médicaments chimiothérapeutiques, souvent l’étoposide et un médicament à base de platine comme le cisplatine ou le carboplatine, sont administrés en association. Certaines associations thérapeutiques peuvent remplacer l’étopocide par l’irinotécan. Si vous ne pouvez pas tolérer le traitement en association, vous recevrez seulement l’étoposide. Selon de nouvelles données probantes, l’association de la chimiothérapie au platine et à l’étoposide avec un inhibiteur de la PD-L1, l’atézolizumab (Tecentriq™), pourrait être bénéfique dans le traitement de première intention du cancer à des petites cellules de stade étendu. Parlez-en avec votre médecin pour voir si cette thérapie vous convient. Au moment d’une récidive, ce cancer peux également être traité avec l’étoposide, le topotécan ou une association de trois médicaments chimiothérapeutiques, soit la cyclophosphamide, la doxorubicine et la vincristine. 


Radiothérapie

Pour le cancer en stade limité, la radiothérapie fera partie du traitement de chimioradiothérapie. Pour le cancer en stade étendu, la radiothérapie peut être palliative; autrement dit, être administrée dans le but de réduire la taille des tumeurs afin de soulager les symptômes comme les difficultés à avaler ou à respirer. L’Irradiation crânienne prophylactique (PCI – prophylactic cranial irradiation) est un type de radiothérapie utilisé pour tuer les cellules cancéreuses présentes dans le cerveau. La PCI peut faire partie des plans de traitement pour le cancer en stade limité qui a bien réagi à la chimioradiothérapie, et pour le cancer en stade étendu qui a bien réagi à la chimiothérapie. Comme l’indique son nom, la PCI est prophylactique – autrement dit, elle est utilisée pour prévenir la propagation du cancer au cerveau, un site courant de métastase pour le cancer du poumon à petites cellules. La PCI peut donc être utilisée même si les cellules cancéreuses ne sont pas visibles lors des radiographies ou des examens par balayage du cerveau, et elle peut réduire considérablement le risque de développement de métastases au cerveau. Si la présence de métastases au cerveau est confirmée, la radiothérapie externe est utilisée. Un effet potentiel du traitement de PCI concerne les risques de déclin cognitif à long terme. Ceci sera discuté avec vous avant d’entreprendre ces traitements. 


Chirurgie

À l’heure actuelle, la chirurgie n’est pas un élément standard des plans de traitement pour le cancer du poumon à petites cellules. Si le cancer du poumon à petites cellules est diagnostiqué au stade limité, et la tumeur est petite et peut être enlevée complètement, et les examens fonctionnels respiratoires indiquent qu’il est possible de faire l’ablation de la totalité ou d’une partie d’un poumon, la chirurgie peut être le premier traitement. Toutefois, de tels cas sont rares. Lorsque la chirurgie fait partie du plan de traitement, l’ablation d’un lobe entier du poumon est généralement effectuée. Cela offre une plus grande chance d’enlever la totalité du cancer, comparativement à ce qui se passe lors de l’ablation de parties plus petites du poumon. Les ganglions lymphatiques voisins ou des échantillons de tissus sont également enlevés en même temps.